Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog2geeks

Critique Tablette graphique Huion Giano WH1409 Wifi

Critique Tablette graphique Huion Giano WH1409 Wifi

Hello mes Geeks et Geekettes,

 

Once upon a time, je vous avais parlé de ma récente acquisition, à savoir la tablette graphique Huion Giano WH1409 T sans fil. Après plusieurs semaines de test, il est enfin temps de vous en livrer la critique.

 

Un petit pré-requis pour que tout le monde se repère bien, j’utilise W10 en OS (pour éviter un scandale interplanétaire, j’utilise aussi Archlinux sur un autre pc mais je n’ai pas encore essayé d’utiliser ma tablette avec) et Krita en logiciel de dessin.

Critique Tablette graphique Huion Giano WH1409 Wifi

1. La découverte

 

J’ai acheté cette tablette sur le site Amazon pour 159 euros. Premier bon point, le colis est arrivé impeccable et hyper bien emballé tant au niveau d’Amazon que de Huion. Je passe l’emballage du site marchand, ce n’est pas l’objet du billet. L’emballage de la Giano se compose d’un carton « de transport » de bonne facture doublé du carton promotionnel de la tablette elle-même. Les deux sont très solides et l’objet convoité est arrivé dans mon arbre en parfait état.

 

Voici le moment tant attendu… je pose ma banane, je m’essuie les mains, (oui Chères Geekettes je suis un singe soigneux…) et j’ouvre la boîte. Tout à coup, une lumière jaillie, une licorne apparaît et … euh non, désolé c’est pas ça (faut vraiment que j’arrête de discuter avec Angharad Brieu sur face de bouc). Alors en fait, la boîte contient la tablette et ses accessoires.

En tout, nous avons :

 

- la tablette Giano herself bien sûr,

 

- un dongle wifi

 

- un crayon,

 

- une boîte en deux morceaux contenant quatre mines,

 

- un câble USB pour connecter la tablette (perso, pour la recharger car je l’utilise en WIFI),

 

- un câble USB pour recharger le stylo,

 

- la paperasse habituelle (mode d’emploi : « ne dessinez pas sous l’eau », « ne mettez pas votre tablette dans le four à 180 °C », etc…),

Critique Tablette graphique Huion Giano WH1409 Wifi

2. L’installation

 

J’insère le dongle wifi sur mon pc, j’appuie sur l’interrupteur de la Giano et me prépare à une installation de dingue pour la reconnaissance du wifi, l’installation des drivers et tutti quanti car il n’y a pas de CD d’installation.

 

Et en fait non !

 

A ma grande surprise, et contrairement aux autres tablettes Huion (c’est Huion lui-même, ou elle-même, je n’ai pas mes lunettes, qui le dit), les drivers sont directement présents sur la tablette. Le wifi de la Giano est automatiquement reconnu par mon pc et l’installation du driver se fait toute seule et sans problème.

 

Un petit logiciel de calibrage s’installe (Pen Tablet) et permet d’effectuer les réglages du stylo et de calibrer la surface de la tablette. Super Easy, même si vous êtes un apprenti geek.

Une fois le calibrage effectué, j’ouvre Krita et, autre bonne surprise, le logiciel détecte automatiquement la tablette et aucune configuration du logiciel n’est à effectuer avant usage (Idem avec the gimp d’ailleurs). On approche le stylo de la dalle de la Giano et on contrôle l’intégralité du logiciel avec (le dessin bien sûr mais aussi l’ouverture des différents onglets).

 

J’ai découvert ensuite que ça remplaçait très bien une souris pour contrôler l’ensemble du pc (même le clic droit si vous configurez la tablette pour ça). Perso, ça me fait marrer, on dirait qu’on a un pc pseudo-tactile.

 

3. L’utilisation

 

La Giano est une tablette à grande dalle [dimension totale : 45,5 x 26,6 x 0,16 cm (17,9 x 10,5 x 0,6 ') – dimension surface de dessin 35 x 22 cm (13,8 '' x 8,6 '')], ce qui est pour moi un point très positif car je déteste dessiner sur un timbre poste (mais cela est très subjectif, donc la taille de la dalle doit être considérée en fonction de vos goûts personnels).

 

La dalle est très réactive et précise. A l’usage, je n’ai pas noté de décalage entre mon tracé et celui matérialisé à l’écran. La vivacité de la dalle permet un trait fluide mais sans l’aide du stabilisateur de Krita, le crayon glisse parfaitement sur la dalle.

 

Le crayon est vraiment pratique. Sur batterie, il a tenu trois semaines avec un usage conséquent avant de devoir le recharger. Sur ce point, je précise que ma tablette n’a toujours pas eu besoin d’être rechargée (mais je prends bien soin de l’éteindre dès que j’arrête de dessiner). Officiellement, la batterie de la tablette à une autonomie de 40 heures. Petit bémol concernant le crayon, il ne dispose d’aucun interrupteur, impossible donc d’économiser sa batterie.

 

Pour la recharge, il suffit de brancher les périphériques sur le pc via l’USB et c’est mare. Sympa.

 

Les niveaux de pression du stylet avancés par le constructeur (2048) ne sont pas de la flambe, les variations possibles d’épaisseur, de couleur, de netteté du trait varient énormément en fonction de la pression exercée sur le stylet. Sur ce point, la principale difficulté est finalement de bien configurer les réglages d’outils de Krita pour avoir le rendu attendu.

 

La Giano bénéficie de quatre « avertisseurs lumineux » permettant de vérifier le bon fonctionnement de la tablette (détection crayon, détection wifi, niveau alimentation –non, pas les bananes- et niveau de batterie).

 

Elle dispose en outre de 12 boutons configurables assurant une utilisation facile des raccourcis les plus utilisés (à titre perso, principalement : effacer/annuler effacer, sélectionner/désélectionner, zoom/dézoom,…)

 

Le crayon dispose de deux boutons configurables et je dois dire qu’il s’agit là du principal défaut de la Giano. En effet, pratique sur le principe, ils sont extrêmement mal placés et je passais mon temps à mettre mes pattes velues dessus, enclenchant involontairement le raccourci configuré. Après 7 activations involontaires d’affilée, j’ai tout simplement désactivé les deux touches de raccourcis du stylo et j’ai enfin pu profiter de tout le potentiel de celui-ci.

 

Pour chipoter, on pourrait regretter l’absence de multipoints, empêchant ainsi de zoomer directement avec la dalle mais ce n’était pas un critère fondamental pour moi.

 

Les premières utilisations de la tablette ont été l’occasion d’un gros coup de stress level 100 : j’avais au départ des ruptures fréquentes de connexion. Finalement, il s’est avéré que c’était entièrement de ma faute puisque je mettais machinalement ma main au niveau des « avertisseurs lumineux ». Je pense que le wifi doit se trouver à cet endroit et je bloquais donc le réseau en y mettant ma patte (c’est gros une mimine de singe). Après m’en être rendu compte, j’ai bien fait attention à placer ma main plus bas et je n’ai plus jamais eu de rupture de connexion. Donc pour être clair, la connexion wifi de la Huion Giano est parfaitement fonctionnelle et sans rupture.

 

4. Conclusion

 

Voilà, j’ai à peu près fait le tour de ce test de la Huion Giano WH1409 et ma conclusion est des plus positive. Voici donc la liste des plus et moins sur cette tablette :

 

PLUS MOINS

Taille (mais ce point est subjectif)

 

Qualité de fabrication

 

Réactivité

 

Facilité d’installation et d’utilisation

 

Reconnaissance logiciel

impeccable

 

Wifi efficace

 

Prix

Pas d’interrupteur sur stylo

 

Bouton de raccourcis stylo mal placé

 

Pas de multipoint pour zoomer directement depuis la dalle

 

 

 


                                       

 

A la date du billet, la tablette Huion Giano WH1409 se vend 126 euros sur Amazon (donc moins cher qu'au jour de mon achat…NOOOOOOOOOOOOOOOON !!! ). C’est donc un bon plan pour acquérir une tablette graphique de belle facture à un prix raisonnable. Je la conseille sans hésiter pour tous ceux qui souhaitent démarrer le dessin numérique sur une bonne tablette sans se ruiner.

 

Voili Voilou mes geeks et geekettes, j’espère que cette critique vous aura plu.

 

NB : Les photos sont issues du site Amazon. Elles seront retirées sur simple demande de leur auteur.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article